L’Observatoire

L’Observatoire de la e-Santé dans les pays du Sud a été fondé en 2016

La Fondation Pierre Fabre a pour objectif de permettre aux populations des pays à revenu faible et intermédiaire d’accéder à des soins de qualité. Très rapidement, la Fondation s’est impliquée dans le développement de la e-santé.

En 2015, l’idée de la création d’un Observatoire de la e-Santé dans les Pays du Sud est née. Soutenu par l’Agence française de Développement (AFD) et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), le projet a été officiellement lancé en 2016. L’Observatoire a par la suite été rejoint par la Fondation de l’Avenir pour la recherche médicale appliquée et l’Asia eHealth Information Network (AeHIN).

Les principaux objectifs de l’ODESS

C’est avec l’objectif de comprendre, analyser, partager et encourager les innovations numériques au service de la santé des plus démunis que cet observatoire a été créé. L’ODESS est à la fois un centre de ressources de projets implémentés en Afrique et en Asie, un outil de veille et de partage de l’information, ainsi qu’un réseau d’experts et d’acteurs de la santé numérique.

En mettant en réseau opérationnels et décideurs, et en soutenant la mise à l’échelle de projets à fort potentiel, l’Observatoire se positionne comme un levier de développement de la e-santé, y compris en appuyant la formation des acteurs et le partage de l’information, essentiels à la structuration de nouveaux modèles de santé publique.

Les informations recensées sur les projets e-santé identifiés permettent de nourrir une analyse des données, accessible en ligne avec différents indicateurs : enjeux de santé, publics cibles, statuts des porteurs de projet, stade d’avancement, technologies utilisées, zones géographiques, etc. Compilées, ces données dégagent les dynamiques et les tendances à l’œuvre dans les pays du Sud.

Depuis 2016, l’Observatoire  soutient des projets variés : télémédecine, solutions d’aide à la décision, au diagnostic et à la collecte de données de santé, programmes d’amélioration de la sécurisation transfusionnelle, dispositifs à destination des patients pour améliorer le parcours de soin ou pour favoriser l’accès à une information médicale fiable, …

Une communauté de porteurs de projets e-santé

Les porteurs de projets utilisant le digital pour favoriser l’accès aux soins peuvent candidater sur odess.io pour y être référencés, documenter leurs solutions et gagner en visibilité. Un porteur de projets peut être un organisme public, une ONG, une start-up, une entreprise sociale etc.

Les porteurs de projets disposent d’une page « Projet » dédiée, et peuvent alors candidater aux prix de l’Observatoire. Les projets les plus pertinents ont la possibilité de bénéficier d’un soutien de la Fondation Pierre Fabre et sont invités à présenter leur solution lors de la conférence annuelle de l’Observatoire.

Des projets d’avenir ambitieux

Aujourd’hui, l’Observatoire a recensé 165 initiatives, mené 46 enquêtes sur le terrain, soutenu financièrement et techniquement 34 lauréats et organisé six conférences internationales. Les prix décernés par l’Observatoire donnent accès à un appui technique et financier de 12 mois par la Fondation, afin de favoriser le développement des innovations e-santé en Afrique et en Asie.

Enfin, la conférence de l’Observatoire est organisée annuellement afin de réunir toute la communauté pour échanger autour des enjeux d’actualité (et d’avenir du secteur).

L’Observatoire continue d’évoluer pour devenir un centre de ressources à destination de tous les acteurs de l’écosystème du digital en santé (porteurs de projets, bailleurs, institutions, etc…). En mettant l’accent sur la création de supports, outils et dossiers thématiques focalisés sur les enjeux et problématiques actuelles liées à la e-santé, en se positionnant comme trait d’union entre l’Afrique francophone, anglophone et l’Asie, en renforçant les collaborations Nord-Sud et Sud-Sud et en favorisant la réalisation de travaux de recherche opérationnelle, l’ODESS se donne les moyens d’agir pour relever les enjeux de demain !

Groupe d’experts

Gilles Babinet

Multi entrepreneur et Digital Champion auprès de la Commission Européenne, Gilles Babinet est entrepreneur depuis l’âge de 22 ans et co-président du Conseil national du numérique (CNNum). Il a fondé de nombreuses sociétés dans des domaines aussi divers que le conseil (Absolut), le bâtiment (Escalade Industrie), la musique mobile (Musiwave), la co-creation (Eyeka), les outils décisionnels (CaptainDash)… Il est également membre du conseil d’administration de EY, de la Fondation EDF, du CNED, de Learn Assembly, et co-fondateur de Africa4tech. Il a récemment publié deux ouvrages : « Big data, penser l’homme et le monde autrement » et « L’Ère Numérique, un nouvel âge de l’humanité ». Depuis 2018, Gilles Babinet est Professeur Associé à Sciences Po.

Sites web :

Cheick Oumar Bagayoko

Docteur en médecine, Cheick Oumar Bagayoko est intéressé par l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication pour le système de santé au Mali et en Afrique. Il a également obtenu  un master recherche en Informatique Biomédicale et de Santé à l’Université  René Descartes de Paris V, un master professionnel en Expertise et Ingénierie des Systèmes d’Information en Santé à l’Université de la Méditerranée d’Aix Marseille II et un Doctorat en Santé Publique et Recherche Cliniques, Option Informatique Médicale. Il est Professeur Agrégé en Informatique Médicale et Directeur du Centre d’Expertise et de Recherche en Télémédecine et E-Santé (CERTES). Il a une expérience solide dans le pilotage, la mise en œuvre et la gestion de projets d’envergure notamment à travers plusieurs missions d’expertise réalisées au Mali, en Afrique et en Europe mais aussi à travers son rôle de Coordinateur Général du Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine. Il est enseignant chercheur aux Universités de Bamako, d’Aix Marseille II et de Genève. En 2018, Cheick Oumar Bagayoko, en partenariat avec les universités de Bamako, Dakar et Abidjan et avec le soutien de la Fondation Pierre Fabre, a fondé le Diplôme Inter-Universitaire en e-santé : Innovation et Pratiques de Santé dont la première édition s’est tenue au printemps 2019. Cheick Oumar Bagayoko est auteur de plusieurs publications scientifiques et a révisé des papiers pour plusieurs revues et journaux internationaux. Il est le vice-président du Groupe d’Intérêt Francophone au sein de l’Association Internationale d’Informatique Médicale.

Sites web :

Mehdi Benchoufi

Médecin et Professeur Assistant en épidémiologie clinique à l’Hôtel Dieu, Mehdi Benchoufi est un expert des technologies numériques. Mehdi Benchoufi est membre de la Fondation pour la Recherche Médicale de l’AP-HP et fondateur d’un « think tank », le Club JADE, qui travaille sur les liens entre démocraties, ouverture, éducation et innovation. Mehdi Benchoufi est profondément engagé dans l’intégration des technologies numériques ouvertes dans notre société, que ce soit pour rendre le système démocratique plus interactif ou pour favoriser l’accès à l’éducation. Depuis janvier 2019, Mehdi Benchoufi est maître de conférence à Sciences Po. Il est également à l’origine du projet echOpen, projet collaboratif et « open community » ayant pour objectif le développement d’outils d’imagerie médicale open source.

Sites web :

Jean-Luc Clément

Professeur des universités, Jean-Luc Clément est conseiller pour la recherche à la Délégation aux Relations Européennes et Internationales et à la Coopération (DREIC) du Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche après avoir été directeur des relations internationales du CNRS pendant 6 ans et directeur d’un laboratoire du CNRS de Neurobiologie durant 12 années. Titulaire d’un doctorat en génétique des populations, il est l’auteur de 129 publications et est à l’origine de 17 brevets en pharmacie et agrochimie. Il a réalisé pour les ministères français et la Coopération européenne plus de 60 missions d’expertises sur les 5 continents, et a participé en 2009 à la création de l’Université des Sciences et Technologies d’Hanoï.

Demba Diallo

Demba Diallo est partenaire fondateur d’Innhotep, un cabinet de conseil dédiée à accélérer la croissance des entreprises de ses clients en utilisant des innovations aussi bien technologiques qu’en terme de management. Depuis de nombreuses années, il conseille les plus grands managers et chefs d’entreprise dont des start-up de la Silicon Valley. Titulaire d’un doctorat en économie appliquée de Telecom Paris tech et diplômé de Sciences Po Paris, il est régulièrement invité à partager son analyse ainsi que sa passion pour l’innovation technologique.

Sites web :

Florence Gaudry-Perkins

La passion de Florence Gaudry-Perkins pour la santé numérique s’est développée au fil de ses années passées au poste de directrice internationale des affaires gouvernementales pour Alcatel-Lucent et Nokia, où elle a porté et participé à des initiatives de santé digitale de grande envergure au Mexique et au Sénégal. Ces projets rassemblaient le secteur pharmaceutique, l’assurance maladie, le secteur privé des technologies de l’information et de la communication (TIC), le gouvernement, des organisations multilatérales et la société civile. Elle possède une solide expertise en matière de développement commercial international, ainsi qu’une propension à la vision et à la réflexion stratégiques. L’un de ses grands intérêts est la création de partenariats public/privé pour un impact collectif, dans une logique d’innovation sociale.

Florence Gaudry-Perkins a fondé Digital Health Partnerships (DHP) en 2016. DHP est une société de conseil spécialisée dans l’accès universel aux soins de santé pour tous grâce aux technologies numériques, dans les pays à revenus faible ou
intermédiaire.

Sites web :

Antoine Geissbuhler

Professeur des universités, Antoine Geissbuhler est le médecin-chef du service de cybersanté et télémédecine et responsable du centre de l’innovation des Hôpitaux Universitaires de Genève. Il est aussi le vice-recteur de l’Université de Genève en charge de la transformation numérique. Il dirige le centre collaborateur de l’OMS pour la cybersanté, la chaire UNESCO de formation médicale numérique ainsi que le Geneva Hub for Global Digital Health

Sites web :

Boukary Ouedraogo

Médecin de santé publique spécialisé en système d’information sanitaire et en épidémiologie, Boukary Ouedraogo est Directeur des Systèmes d’Information en Santé pour le Ministère de la Santé du Burkina Faso.

Catherine de Rohan Chabot

Pharmacienne de formation, Catherine de Rohan Chabot est spécialiste de la communication dans le secteur de la santé. Après un début de carrière hospitalière, elle a dirigé pendant des années la communication du groupe Pierre Fabre. Comme consultante, elle s’implique pour sensibiliser et mieux faire connaître des maladies invalidantes et peu ou mal prises en compte. Récemment très investie dans les réseaux sociaux, elle suit de près (notamment en tant que membre du Comité d’Organisation du Festival Communication Santé) l’apparition d’initiatives de e-santé visant à améliorer la prise en charge des patients et à faire accepter leur rôle d’acteur dans la démocratie sanitaire. Elle participe aux activités de la Fondation Pierre Fabre depuis sa création en 1999.

Jai Ganesh Udayasankaran

Jai Ganesh Udayasankaran travaille pour un organisme de bienfaisance en Inde et est membre du conseil de gouvernance du Asia eHealth Information Network (AeHIN). Son expertise comprend la planification, l’achat et la mise en œuvre de systèmes d’information hospitaliers (SIH), de systèmes d’archivage et de communication de photos (PACS) sur le Web, la télémédecine, le téléenseignement, les applications mobiles dédiées au soin, la télémétrie des signes vitaux et les portails de gestion des maladies chroniques. Il a travaillé dans les régions d’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental. Il se passionne pour la santé, pour l’évaluation d’impacts sociaux en santé et sécurité, les problématiques de santé et de sécurité, des normes relatives à la santé et aux technologies de l’information, l’utilisation des médias sociaux, les interactions patient-médecin et les applications de blockchain dans les soins de santé. Il a encadré des projets d’étudiants sur l’Internet of Medical Things (IoMT).

Sites web :

Partenaires

L’AFD est la banque française de développement. Publique et solidaire, elle s’engage sur des projets qui améliorent concrètement le quotidien des populations, dans les pays en développement, émergents et l’Outre-mer. Intervenant dans de nombreux secteurs – énergie, santé, biodiversité, eau, numérique, formation-, l’AFD accompagne la transition vers un monde plus sûr, plus juste et plus durable, un monde en commun. Son action s’inscrit pleinement dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD). Présente dans 115 pays via un réseau de 85 agences, l’AFD finance, suit et accompagne aujourd’hui plus de 4000 projets de développement. En 2018, l’AFD a consacré 11,4 milliards d’euros au financement de projets dans les pays en développement et en faveur des Outre-mer.

La Fondation de l’Avenir pour la recherche médicale appliquée a été créée en 1987 par la Mutualité Française. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 1988.
Portée par sa vocation d’intérêt général et son appartenance à l’économie sociale, la Fondation incarne le trait d’union entre le mouvement mutualiste et les acteurs de la santé publique. Elle participe activement, par ses actions, recommandations et ses publications, à l’amélioration de notre système de santé. Elle permet aux chercheurs de faire avancer leurs projets de recherche et de dépasser le stade du fondamental, pour le bénéfice de tous.

Association internationale créée il y a plus de 50 ans, l’Agence universitaire de la Francophonie(AUF) regroupe plus de 944 universités, grandes écoles, réseaux universitaires et centres de recherche scientifique dans le monde. Coordonnatrice du plus important réseau universitaire au monde, elle accompagne les établissements universitaires dans leur dynamique de structuration, d’expansion et d’implication dans le développement. Ses équipes présentent à travers le monde, apportent suivi et conseils pour la conception et la mise en place de projet, offrent un appui technique et financier initial et un accompagnement dans la recherche de nouveaux partenaires. L’AUF construit, anime et pilote des projets multilatéraux d’envergure dans tous les champs du développement des universités et des sociétés.

Créé par l’OMS en 2012 pour aider les pays de la région au développement de la e-santé, le Asia eHealth Information Network est composé de plus de 1 000 professionnels issus de 25 pays : hauts fonctionnaires des ministères de la Santé et des ministères des TIC, des organismes gouvernementaux d’assurance-maladie, des universités et des acteurs non gouvernementaux. Les missions de AeHIN sont :
– Renforcer les systèmes d’information sur la santé et les statistiques de santé et de l’état civil
– Promouvoir des standards et l’interopérabilité dans et entre les pays
– Renforcer le leadership et la gouvernance durable, ainsi que le suivi et l’évaluation
– Augmenter l’entraide et le partage des connaissances grâce à un réseau efficace

fondation-pierre-fabre

Reconnue d’utilité publique depuis 1999, la Fondation Pierre Fabre agit pour permettre aux populations des pays du Sud un meilleur accès aux médicaments et aux soins de qualité. Ses 5 axes d’intervention sont la formation des professionnels de santé, la lutte contre la drépanocytose, l’accès aux soins des populations vulnérables, la e-Santé et la dermatologie. En 2021, la Fondation conduit 35 programmes dans 20 pays, en Afrique, en Asie du Sud-Est, au Liban et en Haïti.

Abonnez vous à notre newsletter

Ils s'engagent à nos cotés

partenaire-odess partenaire-odess partenaire-odess partenaire-odess