Fondation Pierre Fabre

Optimiser la surveillance de la malaria pour agir en temps opportun, grâce à la technologie mobile.

Principal pays bénéficiaire :
Inde

À propos du porteur

Centre for Development of Advanced Computing, Pune

Le Centre pour le développement de systèmes informatiques avancés (le C-DAC) est une organisation R&D du ministère de l’électronique et des technologies de l’information (MeitY), en charge de R&D dans les domaines de l’électronique, l’informatique des langues, l’informatique de la santé, etc.

Secteur : Organisationnel : Collectivités, ONG, Associations, Fondations, ...

Pays d'origine : Inde

L'organisme compte :

11
Equivalents temps plein
8
Salariés
30
Bénévoles
2
Prestataires

L'initiative en bref

Thématiques de santé ciblées

  • Malaria/paludisme

Stade d'avancement :

  • Projet pilote

Zone où l'initiative est utilisée

  • Nationale (dans un seul pays)

Début de l'initiative

  • 01/09/2014

Fin de l'initiative

  • 31/05/2018

Financement

Source(s) de financement

  • Public (Subvention, Appel à projets/Appel d'offre,...)

Modèle(s) économique(s)

  • Financement santé publique

A propos de l'initiative

Le C-DAC, en collaboration avec le Conseil indien pour la recherche médicale, a développé une plateforme digitale, Recherche et surveillance mobile par la technologie informatique (MosQuIT), pour résoudre certains défis que la malaria pose au système de santé indien, en particulier dans les zones rurales reculées. MoSQuIT automatise et profile la surveillance de la malaria, qui autrement se ferait manuellement par des agents ASHA (activistes de santé sociale accrédités) dans les zones rurales de l’Inde. Elle suit les lignes directrices et politiques qui étayent le programme national de surveillance de la malaria et comble les failles d’exécution grâce à la technologie. La plateforme mobile MoSQuIT pour la surveillance de la malaria est conçue pour faciliter les étapes de la surveillance : collecte de données via la plateforme de téléphonie mobile omniprésente, transfert de données vers un système centralisé, suivi de leur collationnement et leur analyse. MoSQuIT a donc aidé à améliorer l’efficacité de la prolifération d’informations sur plusieurs plans, et de l’initiation d’actions en temps opportun du système de santé publique. Les mises en place ont démontré la capacité de la plateforme à : (1) améliorer le transfert d’informations, en supprimant l’obstacle des dossiers sur papier ; (2) coordonner une intervention entre intervenants (par exemple les agents ASHA, les techniciens de labo, etc.) ; (3) détecter les flambées d’épidémie ; (4) gérer les stocks de médicaments, en recourant à des approvisionnements ciblés et entièrement régis par la demande.

MoSQuIT a été conçu pour s’intégrer dans le cadre de surveillance existant mis en place par le programme national de contrôle des maladies à vecteur (NVBDCP, National Vector Borne Disease Control Program) en Inde. Il utilise les lignes directrices et les procédures qui étayent le programme de surveillance national de la malaria et comble les failles d’exécution par le biais de la technologie. MoSQuIT a les objectifs principaux suivants :

  • Aperçu en temps réel des incidences de malaria dans une communauté 
  • Détection des changements dans la transmission des cas de malaria pour y répondre avec le système de santé approprié
  • Transparence et compte-rendus au travers de la chaîne de valeurs
  • Évaluation de l’efficacité des interventions contre la malaria, et estimation en temps réel des besoins du système de santé (par exemple, les stocks de matériel médical).

Afin d’atteindre ces objectifs, la fonctionnalité du système répond aux besoins des multiples intervenants impliqués dans les procédures de surveillance, à divers niveaux du système de santé.

• Agents ASHA dans les villages : MoSQuIT permet aux agents ASHA de collecter des données de patients à travers une application mobile et de télécharger immédiatement ces informations sur un serveur central, au lieu de devoir traiter manuellement des formulaires papier. La plateforme fournit également : des vidéos de formation (par exemple, comment utiliser le diagnostic rapide), des clips audio (précautions en cas d’épidémie), et des jeux sur la santé (encourageant la prévention sanitaire). MoSQuIT fournit également les résultats de laboratoire de chaque patient, en fournissant à ASHA un feedback sur le statut de la malaria dans la communauté

• Laboratoire malaria : Par le biais de MoSQuIT, les résultats de laboratoire peuvent être transmis directement au serveur central, rendant les résultats visibles pour les agents ASHA de la communauté, et permettant une intervention en temps opportun

• L’analyse automatisée de l’agent médical et de la gouvernance en santé publique/personnel de recherche convertit les entrées individuelles de patients en un aperçu en temps réel des niveaux de malaria dans une communauté. Ces informations permettent aux agents médicaux d’identifier, prévenir ou gérer rapidement les épidémies de malaria. Parallèlement, le système analyse un large éventail d’indicateurs de la malaria, soulignant les tendances significatives telles que la répartition des cas, les rendements en soins de santé, etc. Une étude pilote menée dans 50 villages pendant 18 mois a démontré la capacité de la plateforme de :  (1) améliorer la transmission des informations, en supprimant l’obstacle des dossiers papier ; (2) coordonner l’intervention des divers intervenants (par exemple les agents ASHA, les techniciens de laboratoire, etc.) ; (3) détecter les flambées d’épidémie ; et (4) gérer les stocks de médicaments, en recourant à un approvisionnement ciblé et entièrement régi par la demande.

MoSQuIT a apporté une valeur ajoutée au système de santé public des manières suivantes :

  • En améliorant la transmission des informations : les dossiers papier doivent voyager longtemps entre les différents intervenants impliqués dans le système de surveillance, le système numérique réduit considérablement ce temps et fournit une visibilité instantanée
  • Par une réaction coordonnée : l’efficacité du protocole de surveillance de la malaria du NVBDCP est basée sur une communication efficace entre les différents intervenants tels que les agents ASHA, les techniciens de laboratoire, les agents médicaux, etc. ; MoSQuIT affine cette procédure en apportant une visibilité sur la contribution de chaque intervenant dans la procédure de surveillance
  • En détectant les flambées d’épidémie : les statistiques du système comparent l’incidence actuelle de la malaria aux données de l’historique afin de détecter les flambées et déclencher l’intervention du système de santé
  • En renforçant la chaîne logistique : MoSQuIT aide à la gestion des stocks, en permettant que l’approvisionnement se fasse d’une manière ciblée et entièrement régie par la demande

Les opérations de surveillance de la malaria au travers du logiciel MoSQuIT se déroulent comme suit : 

  • Collecte de données sur téléphone mobile : Fournit une interface d’utilisateur sur téléphone mobile pour la collecte de données démographiques, d’informations liées à la fièvre (durée de la fièvre, résultat de diagnostic rapide), statut et résultat de la collecte de lames de laboratoire, traitement procuré au patient
  • Transfert de données du téléphone mobile à la machine serveur : Ceci aide au transfert des données collectées vers le système centralisé, par l’intermédiaire de trois modes (GPRS, SMS ou manuel). Le mode de transfert de données peut être sélectionné en fonction de la disponibilité du réseau mobile dans la zone rurale où les données sont collectées. Si le réseau est puissant et disponible en continu, le GPRS peut être sélectionné ; si par contre le réseau est disponible de manière intermittente, le mode SMS peut être sélectionné ; et si le réseau n’est pas disponible les données peuvent être transférées manuellement. Cette flexibilité est particulièrement importante dans les zones rurales où les antennes-relais peuvent être éparses
  • Collationnement des données et analyse sur machine serveur : Les données transférées à partir des téléphones mobiles sur le terrain sont instantanément disponibles à un endroit centralisé. Elles sont collationnées et disponibles à des fins statistiques dans le cadre du logiciel MoSQuIT. Les paramètres suivants peuvent être améliorés suite au déploiement de MoSQuIT : Collecte de données ; Diagnostic/Résultat ; Disponibilité des stocks ; Vérification des données par un agent médical par 100 dossiers ; Rapport de surveillance/Rapports générés d’indices épidémiologiques ; Collationnement de données ; Disponibilité et granularité des données pour analyse,
Enquête terrain de l'initiative

Champs d'application

Formation des professionnels de santé - Information, éducation et changement des comportements (IECC) - Suivi des patients et des données médicales

Public ciblé

  • Professionnels et structures de santé (hôpitaux, centres et postes de santé, réseaux de santé, ...)
  • Ensemble de la population
  • Personnes malades
  • Femmes enceintes
  • Enfants - Adolescents (6-18 ans)
  • Jeunes enfants (0-5 ans)
  • Agent de santé, technicien de laboratoire, agent médical

Objectifs de l'initiative

  • Diminution de la morbidité
  • Améliorer l’efficacité de la santé publique en facilitant la coordination parmi les intervenants tels que les agents ASHA, les techniciens de laboratoire, les agents médicaux, etc.

Chiffres clés

100000 Nombre de bénéficiaires depuis le début

30 Nombre d'utilisateurs par Jour

Matériels utilisés

  • Téléphone portable / mobile
  • Smartphone
  • Tablette
  • Ordinateur

Technologies utilisées

  • Télécommunication mobile (sans connexion des données)
  • Internet
  • Géolocalisation
  • Application mobile (Android, iOS, Windows Phone, HTML5, ...)

Utilisation offline

Oui

Open Source

Non

Open Data

Non

Evaluation indépendante

Non

Partenaires

Dr Saurav Patgiri, RMRC, Dibrugarh , Assam

Sanitaire : Professionnels et structures de santé

Partenaires

Opérateurs

startupBrics