Fondation Pierre Fabre

Améliorer la qualité des consultations médicales pour les enfants dans les centres de santé primaire

Principaux pays bénéficiaires :
Burkina Faso - Mali

À propos du porteur

Terre des hommes, Lausanne

Plus grande organisation suisse d’aide à l’enfance, Terre des hommes Lausanne améliore la santé et la protection de quelque deux millions d’enfants et de leurs proches chaque année dans 30 pays.

Secteur : Organisationnel : Collectivités, ONG, Associations, Fondations, ...

Pays d'origine : Suisse

L'organisme compte :

24
Equivalents temps plein
24
Salariés
0
Bénévole
6
Prestataires

L'initiative en bref

Thématiques de santé ciblées

  • Santé maternelle et infantile
  • Soins de santé primaire
  • Nutrition
  • Malaria/paludisme
  • Accès aux médicaments de qualité/ pharmacie
  • Vaccination

Stade d'avancement :

  • Projet en routine / en exploitation

Zone où l'initiative est utilisée

  • Internationale (dans plusieurs pays)

Début de l'initiative

  • 01/01/2014

Fin de l'initiative

  • 31/12/2020

Financement

Source(s) de financement

  • Public (Subvention, Appel à projets/Appel d'offre,...)
  • Privé (Investisseurs privés, Crowdfunding, Mécénat, ...)
  • Agence gouvernementale (ex : AFD, USAID, ...)
  • Agence intergouvernementale/internationale

Modèle(s) économique(s)

  • Revenus générés par les professionnels/ structures de santé
  • Subventions
  • Dons

A propos de l'initiative

Près de 1 enfant sur 10 décède avant l'âge de cinq ans au Burkina Faso, principalement d'affections évitables et/ou traitables telles que le paludisme, la pneumonie, la diarrhée et la malnutrition. En effet, malgré la disponibilité des médicaments nécessaires pour ces maladies (antibiotiques, sels de réhydratation orale, zinc, antipaludiques, etc.), la faible qualité des diagnostics ne permet pas suffisamment aux enfants d’accéder aux traitements dont ils ont besoin. Afin d'améliorer le diagnostic et le traitement des enfants malades, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) ont élaboré la stratégie de gestion intégrée des maladies infantiles (PCIME), qui fournit un protocole fondé sur des données probantes pour guider les agents de santé dans la prise en charge des enfants malades de moins de cinq ans. Cependant, en dépit des importants investissements des gouvernements et des donateurs, l'utilisation correcte de la PCIME est encore très faible. Dans le cas du Burkina Faso, par exemple, un rapport du Ministère de la Santé a montré que seuls 10% des travailleurs de santé utilisaient les formulaires papier PCIME, par conséquent, seuls 15,4% des enfants étaient correctement diagnostiqués. Les agents de santé trouvent la méthode papier de la PCIME lourde et longue (plus de 30 minutes par consultation). En conséquence, les agents finissent par simplifier la procédure (ou ne l'utilisent pas du tout) et ne parviennent pas à diagnostiquer et à traiter correctement les enfants malades. Cette situation est aggravée par le faible niveau de qualification des agents de santé (la plupart ne sont pas médecins, ni infirmiers), l'isolement physique des centres de santé (la plupart dans les zones rurales avec un faible accès routier et d’approvisionnement en électricité), une supervision insuffisante, la mauvaise qualité des données patients, l'absence subséquente de responsabilités, de suivi de la performance et de formation médicale continue. La faible adhésion des agents de santé à la PCIME entraîne une faible qualité de la prise en charge des enfants et nuit à la réduction de la mortalité infantile. 

IeDa permet non seulement d'améliorer l'enregistrement des données mais également la qualité de la consultation médicale et de la prescription, et ce dans les centres de santé périphériques les moins bien dotés mais les plus fréquentés du système sanitaire. En plus d'offrir un dossier patient digitalisé et une aide au diagnostic, IeDA a la particularité de parvenir à boucler la boucle de l'information en permettant aux équipes cadres des districts d'identifier le profil des consultations conduites dans chaque centre de santé et par chaque agent et de conduire des supervisions ciblées sur les centres les plus susceptibles de commettre des erreurs de diagnostic ou d’entrer de mauvaises informations. Ainsi IeDA offre la possibilité d'un accompagnement individualisé, à distance, et sur la durée des agents de terrain.

L'approche intégrée de diagnostic électronique (IeDA) a été développée en 2013 avec le Ministère de la Santé du Burkina Faso afin d'améliorer de manière significative la performance des agents de santé primaire dans l'utilisation des lignes directrices nationales pour la prise en charge des enfants malades (PCIME). IeDA offre une solution complète pour fournir des soins de qualité aux moins de cinq ans, en soutenant les agents de santé grâce à une aide digitalisée fournissant des données de performance aux responsables des centres de santé et des districts sanitaires à des fins de gestion, en soutenant le coaching et l'amélioration de la qualité et en permettant une formation continue des agents. En outre, IeDA est intégrée au DHIS2, le système informatique d'information sanitaire déployé au Burkina Faso par le Ministère de la Santé, et envoie régulièrement des données à ce système. IeDA permet une meilleure qualité des soins dans les centres de santé primaire et un meilleur système de suivi et de décision au niveau des districts et des Directions centrales du Ministère grâce à quatre éléments :

  • Aide électronique au diagnostic. Au niveau des centres de soins de santé, le REC (Registre Électronique de Consultations) est une application Android d’aide au diagnostic, développée par Dimagi et Terre des hommes sur la plateforme open source CommCare, et installée sur des tablettes. Le REC est utilisé par des agents de santé pour effectuer des consultations auprès des enfants de moins de cinq ans. Il contient essentiellement un dossier patient et un algorithme d’aide à la décision. Les agents sont guidés par le protocole et introduisent les données pertinentes dans la tablette, ce qui permet de diagnostiquer et de prescrire le traitement adéquat selon l'âge et le poids de l’enfant. Le REC fournit également un support audio, visuel et textuel pour réduire les erreurs et contribuer à améliorer les compétences des agents. Le système est en pleine conformité avec la politique nationale et le protocole national (PCIME).
  • Coaching et amélioration de la qualité. Le REC est complété par une application facilitant le coaching et la supervision ainsi qu’une méthodologie de gestion de la qualité aidant les agents à améliorer l’organisation du service et les performances individuelles. Les visites régulières des superviseurs et la fourniture de données de performance aux agents de santé grâce à un tableau de bord sur la tablette, permettent d’identifier les domaines d'amélioration et d’aider les agents à mettre en place des solutions.
  • Apprentissage continu. Terre des Hommes a récemment développé et introduit sur la tablette une application complémentaire connectée au REC contenant des modules d'apprentissage continu par l'intermédiaire duquel les agents de santé effectuent des tests réguliers et reçoivent une formation dans les domaines où ils ont besoin de plus de soutien. De cette façon, en plus de soutenir le processus de consultation, l'outil numérique améliore les connaissances et les compétences des professionnels.
  • Utilisation des données. Les données du REC sont envoyées aux serveurs (via le réseau mobile) et sont analysées afin de produire un tableau de bord de l'assurance qualité (QA) avec 10 indicateurs clefs. Les équipes de direction du district utilisent les tableaux de bord pour surveiller les performances des centres de santé et leur fournir les conseils et le soutien nécessaires. Au niveau central, les données sont envoyées à DHIS2 qui collecte chaque mois 60 indicateurs issus du REC.

À ce jour, le REC a été déployé dans 640 cliniques (dont 40 au Mali), et est utilité chaque jour par près de 3000 agents de santé pour effectuer plus de 1.5 millions de consultations auprès d’enfants de moins de cinq ans. L'approche est utilisée sur plus de 80% des consultations effectuées dans les 640 établissements et les résultats intermédiaires de l'étude d'évaluation d’impact (par la London School of Hygiene and Tropical Medicine) montrent une amélioration de la performance des agents de santé et une grande acceptabilité à tous les niveaux, en commençant par les populations.

Enquête terrain de l'initiative

Champs d'application

Formation des professionnels de santé - Télémédecine (diagnostic et consultations à distance) - Information, éducation et changement des comportements (IECC) - Suivi des patients et des données médicales

Public ciblé

  • Professionnels et structures de santé (hôpitaux, centres et postes de santé, réseaux de santé, ...)
  • Jeunes enfants (0-5 ans)

Objectifs de l'initiative

  • Diminution de la mortalité
  • Diminution de la morbidité
  • Amélioration de la prise en charge

Chiffres clés

2000000 Nombre de bénéficiaires depuis le début

200000 Nombre d'utilisateurs par Mois

Matériels utilisés

  • Tablette

Technologies utilisées

  • Application mobile (Android, iOS, Windows Phone, HTML5, ...)

Utilisation offline

Oui

Open Source

Oui

Open Data

Non

Evaluation indépendante

Oui
une évaluation indépendante

Partenaires

Dimagi

Industriel : Start-ups, Entreprises, ...

London School Hygiene and Tropical Medicine

Académiques : Universités, Laboratoires de recherche, ...

Faculté de Medecine de Geneve

Académiques : Universités, Laboratoires de recherche, ...

Ecole Polytechnique de Lausanne

Académiques : Universités, Laboratoires de recherche, ...

Partenaires

    

Opérateurs

startupBrics