Fondation Pierre Fabre

Analyse des données

Un important travail d’identification, par des enquêtes sur le terrain et à distance, ainsi que des appels à candidatures permettent aux initiatives pertinentes d’intégrer la base de données, ouverte et évolutive de l’Observatoire. La sélection des projets recensés dans l’observatoire est réalisée après étude des questionnaires renseignés par les porteurs de projets .

Du fait de cette démarche, la base de données de l'Observatoire n'est pas exhaustive bien que son caractère évolutif ambitionne de tendre vers une certaine exhaustivité sélective dans les mois/années à venir. Ce paramètre est à prendre en compte dans l'analyse des données.

 

 

Secteur de l'organisme

Champs d'application

Le secteur sanitaire met majoritairement en œuvre des programmes utilisant la télémédecine, alors que le secteur industriel produit principalement des applications mobiles, axées sur l’information et la sensibilisation aux problématiques de santé ou connectant patients et professionnels de santé. 

Représentés de manière relativement équivalente, les champs d’applications des solutions proposées reflètent les opportunités qu’offre la e-santé pour favoriser l’accès aux soins.

25 % des projets concernent le suivi des patients et des données médicales, cela correspond principalement à la digitalisation des données de santé : les carnets de santé électroniques sont mis en place pour renforcer le suivi de l’état de santé des patients et les systèmes d'information sanitaire permettent de faire remonter les données de santé en temps réel pour favoriser la prise de décisions des autorités concernées.

On observe que 25% des initiatives intègrent l’information, l'éducation et le changement des comportements. L’objectif principal étant d’étendre l’accès des populations à l’information en santé pour favoriser la prévention en limitant les facteurs de risque notamment, et dans le cas des programmes de santé maternelle et infantile d’inciter à un suivi médical régulier.

23% des projets sont consacrés à la formation des professionnels de santé, et plus particulièrement la formation continue, très majoritairement représentée.

La télémédecine (diagnostic et consultations à distance), qui concerne 18 % des initiatives, permet d’apporter des soins aux populations les plus reculées ou dans les zones où règne une pénurie de personnel et d’infrastructures. Seul l’accès financier au soin est peu représenté puisqu’il ne concerne que 4% des initiatives. Parmi les autres champs d’applications évoqués, on trouve la gestion des ressources humaines en santé, la géolocalisation des structures sanitaires et la mise en relation des patients avec les praticiens.

 

Thématiques de santé ciblées

49% des initiatives ont pour objectif l’amélioration de l’accès aux soins primaires et plus de 50%  ciblent la santé maternelle et infantile. Ces thématiques correspondent aux défis actuels en santé globale, puisque 400 millions de personnes n’ont pas accès à au moins un service essentiel de santé dans le monde (Banque mondiale, 2015) et 156 millions d’enfants de moins de 5 ans ont un retard de croissance dans le monde (Organisation mondiale de la santé, 2016). L’Objectif de Développement Durable n°3 ("Bonne santé et bien être") intègre par ailleurs ces problématiques, dans la lignée des Objectifs du Millénaire pour le Développement 4 et 5 ( "Réduire la mortalité infantile et post-infantile" et "Améliorer la santé maternelle").  

 

 

 

Publics cibles

 

 

Stade d'avancement

Zone où l'initiative est actuellement utilisée

 

Si la majorité des initiatives sont actuellement en routine, plus d’un tiers demeure à un stade de pilote. On note que dans la grande majorité des cas, le développement d'outils de e-santé dans les pays du Sud passe par une étape de recherche et par la mise en place d'un projet pilote d'abord à une échelle locale. Sa transposition à d'autres pays voisins n'a lieu que dans un second temps, une fois que celui-ci est réellement fonctionnel.

 

Matériels Utilisés

Technologies utilisées

L'utilisation est-elle possible offline ?

Le service développé est-il open source ?

 

Il est intéressant de noter que 75% des solutions proposées peuvent être utilisées hors ligne. Cela présente un intérêt considérable pour les populations les plus isolées, où l’accès aux réseaux de téléphonie et d’internet peut être intermittent voire inexistant. Les porteurs de projets ont alors recours à des systèmes de synchronisation différés.

 

Les données générées sont-elles disponibles en Open data ?

Partenaires

   logo AUF

Opérateurs

startupBrics