Présentation de l'Observatoire De la E-Santé

Contexte

Au début des années 2000, les dirigeants du monde entier élaborent un ambitieux projet destiné à combattre la pauvreté sous toutes ses formes. Ce programme donne lieu à huit Objectifs du Millénaire pour le Développement. 15 ans plus tard, bien que d'importants progrès aient été faits, de fortes inégalités demeurent et notamment en terme d'accès aux soins.

A titre d’exemple, bien que le taux de mortalité infantile ait diminué de plus de 50 % entre 1990 et 2015, 16.000 enfants décèdent encore chaque jour, de maladies évitables pour la plupart[1]. Les problèmes de fonctionnement des systèmes de santé continuent d’exister, notamment du fait de contraintes budgétaires et de difficultés d'allocation des ressources[2].

Durant la même période, les pays en voie de développement adoptent en masse les nouvelles technologies. Actuellement, 95 % de la population mondiale est couverte par un réseau cellulaire qui compte plus de 7 milliards d'abonnements. Le taux de pénétration d’Internet est passé de 6% en 2000 à 43 % en 2015, reliant 3,2 milliards de personnes entre elles[1].  Alors que l’accès aux soins reste la préoccupation principale des habitants de pays en voie de développement[3], l‘utilisation d'outils de e-santé positionnés au croisement des TIC et du soin est, dans ce contexte, un enjeu fondamental.

Contexte Observatoire de la e-santé
Objectif Observatoire de la e-santé

Objectifs

Consciente de ce phénomène, la Fondation Pierre Fabre a décidé de s'engager à promouvoir les initiatives de e-santé favorisant l'accès aux soins de qualité pour les populations les plus défavorisées des pays à ressources limitées. C'est dans ce cadre qu'a été créé l'Observatoire de la E-Santé dans les pays du Sud (ODESS), avec pour objectifs de repérer, documenter, promouvoir et d’aider au développement des projets innovants utilisant les TIC dans le domaine de la santé. Cinq domaines majeurs sont concernés :

  • La formation des professionnels de santé
  • La télémédecine (diagnostic et consultations à distance)
  • Le suivi des patients et des données médicales
  • L’information, l'éducation et le changement des comportements
  • L’accès financier au soin, les micro-assurances
  1. Objectifs du Millénaire pour le Développement : rapport 2015 . ONU.
  2. Romain André. E-Santé « Un des secteurs les plus porteurs du numérique ». Article publié le 05 Avril 2016 sur le blog ideas4development.org, animé par l'AFD.
  3. Pew Research Center, September, 2015, “Health Care, Education Are Top Priorities in Sub-Saharan Africa”

Description

 

Un important travail de sourcing, sur le terrain et à distance, permet d’identifier les initiatives pertinentes pour intégrer la base de données, ouverte et évolutive de l’Observatoire. Un questionnaire permet aux porteurs d’initiatives de renseigner les caractéristiques de leur projet. Ils peuvent, s’ils le souhaitent, remplir un second questionnaire pour être considérés pour la remise des prix de l’Observatoire. Les porteurs de projets ont la possibilité de remplir le questionnaire directement dans l’onglet Initiatives, Proposer une initiative.

 

La documentation se fait notamment par des reportages réalisés sur le terrain, qui apportent des informations complémentaires sur le fonctionnement réel d'initiatives sélectionnées. Bien que les enquêtes terrain apportent des éléments d'analyse, la démarche est d'ordre journalistique et n'a pas pour objectif d'auditer les projets concernés.

 

Le site internet odess.io mis en place par la Fondation est la partie visible de la base de données de l’Observatoire. Il valorise des initiatives en e-santé auprès du grand public, des acteurs de la santé et des TIC, et des partenaires potentiels. Présent sur les réseaux sociaux, l’ODESS publie et relaie des informations sur la e-santé dans les pays du Sud.  L’Observatoire ambitionne également de publier des études et documents de référence sur la e-santé dans les pays du Sud.  

 

Un évènement international et connecté

Une conférence annuelle est organisée au siège de la Fondation. Cette journée est un espace d’échanges entre acteurs et potentiels partenaires des écosystèmes e-santé. Il s’agit également de promouvoir et de contribuer au développement d’initiatives en e-santé : à ce titre, une remise de prix est organisée pour récompenser les projets jugés les plus pertinents par le comité d’experts de l’ODESS. Diffusée en streaming et suivie par 15 campus numériques dans le monde, en juillet 2016, les étudiants ont pu participer aux débats via des visioconférences. Les internautes peuvent également suivre la conférence en ligne !

Groupe d'experts

 

L'idée de l'Observatoire de la e-santé dans les pays du Sud a émergé des réflexions d'un groupe de travail composé d'experts et animé depuis janvier 2015 par la Fondation Pierre Fabre.

 

Gilles Babinet

Multi entrepreneur et Digital Champion auprès de la Commission Européenne, Gilles Babinet est entrepreneur depuis l’âge de 22 ans. Il a fondé de nombreuses sociétés dans des domaines aussi divers que le conseil (Absolut), le bâtiment (Escalade Industrie), la musique mobile (Musiwave), la co-creation (Eyeka), les outils décisionnels (CaptainDash)… Il est également membre du conseil d'administration de EY, de la Fondation EDF, du CNED, de Learn Assembly, co-fondateur de Africa4tech et ancien président du Conseil National du Numérique. Il a récemment publié deux ouvrages : "Big data, penser l’homme et le monde autrement" et "L'Ère Numérique, un nouvel âge de l’humanité" .

Mehdi Benchoufi

Médecin de formation et chef de clinique à l'Hôtel Dieu, Mehdi Benchoufi est un expert des technologies numériques. Fondateur d'un « think tank », le Club JADE, concernant les liens entre démocraties, ouverture, éducation et innovation, il est profondément engagé dans l'intégration des technologies numériques ouvertes dans notre société, que ce soit pour rendre le système démocratique plus interactif ou pour favoriser l'accès à l'éducation. Il est également à l'origine du projet echOpen, projet collaboratif et « open community » ayant pour objectif le développement d'outils d'imagerie médicale open source.

Demba Diallo

Demba Diallo est partenaire fondateur d'Innhotep, un cabinet de conseil dédiée à accélérer la croissance des entreprises de ses clients en utilisant des innovations aussi bien technologiques qu'en terme de management. Depuis de nombreuses années, il conseille les plus grands managers et chefs d'entreprise dont des start-up de la Silicon Valley. Titulaire d'un doctorat en économie appliquée de Telecom Paris tech et diplômé de Sciences Po Paris, il est régulièrement invité à partager son analyse ainsi que sa passion pour l'innovation technologique.

Site web :

Jean-Luc Clément

Professeur des universités, Jean-Luc Clément est conseiller pour la recherche à la Délégation aux Relations Européennes et Internationales et à la Coopération (DREIC) du Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche après avoir été directeur des relations internationales du CNRS pendant 6 ans et directeur d'un laboratoire du CNRS de Neurobiologie durant 12 années. Titulaire d'un doctorat en génétique des populations, il est l'auteur de 129 publications et est à l'origine de 17 brevets en pharmacie et agrochimie. Il a réalisé pour les ministères français et la Coopération européenne plus de 60 missions d'expertises sur les 5 continents, et a participé en 2009 à la création de l'Université des Sciences et Technologies d'Hanoï.

Cheick Oumar Bagayoko

Docteur en médecine, Cheick Oumar Bagayoko est intéressé par l'utilisation des Technologies de l'Information et de la Communication pour le système de santé au Mali et en Afrique. Il a également obtenu  un master recherche en Informatique Biomédicale et de Santé à l'Université  René Descartes de Paris V, un master professionnel en Expertise et Ingénierie des Systèmes d'Information en Santé à l'Université de la Méditerranée d'Aix Marseille II et un Doctorat en Santé Publique et Recherche Cliniques, Option Informatique Médicale. Il est Professeur Agrégé en Informatique Médicale et Directeur du Centre d'Expertise et de Recherche en Télémédecine et E-Santé (CERTES). Il a une expérience solide dans le pilotage, la mise en œuvre et la gestion de projets d'envergure notamment à travers plusieurs missions d'expertise réalisées au Mali, en Afrique et en Europe mais aussi à travers son rôle de Coordinateur Général du Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine. Il est enseignant chercheur aux Universités de Bamako, d'Aix Marseille II et de Genève. Cheick Oumar Bagayoko est auteur de plusieurs publications scientifiques et a révisé des papiers pour plusieurs revues et journaux internationaux. Il est le vice-président du Groupe d’Intérêt Francophone au sein de l'Association Internationale d'Informatique Médicale.

Etché Noel N'drin

Ingénieur en informatique de gestion, Etche Noel N’drin est le Directeur Général chargé de la technique du Groupe Ivocarte Abyshop (GIA). GIA est une société ivoirienne d’expertise Informatique, des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et des Systèmes Cartographiques, opératrice technique du Ministère de la Santé et de la lutte contre le Sida. C’est à ce titre, qu’elle a réalisé OPISMS, une initiative comprenant un service de rappel des dates de vaccination par sms, des messages de sensibilisation et un carnet electronique de vaccination afin d’augmenter la couverture vaccinale en Côte d’Ivoire. En 2016, OPISMS a été l’une des 9 initiatives lauréates de la Conférence de l'Observatoire de la E-Santé dans les pays du Sud.

Site web :

Catherine de Rohan Chabot

Pharmacienne de formation, Catherine de Rohan Chabot est spécialiste de la communication dans le secteur de la santé. Après un début de carrière hospitalière, elle a dirigé pendant des années la communication du groupe Pierre Fabre. Comme consultante, elle s'implique pour sensibiliser et mieux faire connaître des maladies invalidantes et peu ou mal prises en compte. Récemment très investie dans les réseaux sociaux, elle suit de près (notamment en tant que membre du Comité d'Organisation du Festival Communication Santé) l'apparition d'initiatives de e-santé visant à améliorer la prise en charge des patients et à faire accepter leur rôle d'acteur dans la démocratie sanitaire. Elle participe aux activités de la Fondation Pierre Fabre depuis sa création en 1999.

Opérateurs

CATEL est le référent national de la eSanté en France. Depuis 1997, sa mission est de contribuer au développement de la télésanté, de la télémédecine, de la eSanté dans tous ses champs d'applications.
CATEL a développé une méthode d’accompagnement pluridisciplinaire et multidimensionnelle, permettant de mener de nombreux projets à leur réussite sur le terrain. Les acteurs sont ainsi aidés par CATEL à chaque étape de leur évolution dans le domaine de la eSanté : conseil stratégique, accompagnement méthodologique et opérationnel, mais aussi information, formation, mise en relation,…
CATEL joue également un rôle stratégique auprès des instances chargées du pilotage de la eSanté, sur la scène nationale comme internationale. Il est devenu un acteur central sur le sujet de la eSanté en France.
Aujourd’hui, CATEL rassemble et est suivi par près de 20 000 acteurs des secteurs de la santé, du social, de la formation, des services à la personne : professionnels de santé, institutionnels, collectivités territoriales, industriels, réseaux associatifs, chercheurs, étudiants...

StartupBRICS.com, fondé en 2013, par Samir Abdelkrim et Arnaud Auger, est le premier blog en français 100% dédié à l’actualité Tech, Innovation & Startups des BRICS et des pays émergents. StartupBRICS vise à fournir aux décideurs économiques français et francophones les actualités, éclairages et analyses sur le potentiel numérique des futurs champions économiques de demain. StartupBRICS est un « blog-tank », ancré sur le terrain dans les pays du Sud (M Auger est basé en Inde et M Abdelkrim réalise de très nombreux déplacements en Afrique). Il a pour objectifs de repérer les opportunités, les initiatives et recueillir au quotidien les récits des innovateurs pour pouvoir communiquer sur ces projets via le blog. StartupBRICS sert de relai médiatique des initiatives innovantes des pays du Sud. Ce blog a pour mission d’étudier, de comprendre et mettre en avant les innovations dans les pays émergents, notamment celles qui apportent des solutions et changent le quotidien des individus.

Partenaires

Etablissement public au cœur du dispositif français de coopération, l’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis plus de soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud . Elle soutient également le dynamisme économique et social des Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

La Fondation de l’Avenir pour la recherche médicale appliquée a été créée en 1987 par la Mutualité Française. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 1988.
Portée par sa vocation d’intérêt général et son appartenance à l’économie sociale, la Fondation incarne le trait d’union entre le mouvement mutualiste et les acteurs de la santé publique. Elle participe activement, par ses actions, recommandations et ses publications, à l’amélioration de notre système de santé. Elle permet aux chercheurs de faire avancer leurs projets de recherche et de dépasser le stade du fondamental, pour le bénéfice de tous.

L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) est une association internationale. Elle regroupe des universités, grandes écoles, réseaux universitaires et centres de recherche scientifique utilisant la langue française dans le monde entier. Avec un réseau de 817 adhérents dans 106 pays, elle est l’une des plus importantes associations d’institutions d’enseignement supérieur et de recherche au monde.
Elle est également l’opérateur pour l'enseignement supérieur et la recherche du Sommet de la Francophonie. À ce titre elle met en œuvre, dans son champ de compétences, les résolutions adoptées par la Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage.

Le Aga Khan Development Network eHealth Resource Centre (AKDN eHRC) permet d'améliorer l'accès, la qualité, le coût, l'efficacité et la sécurité des soins de santé grâce aux Technologies de l'Information et de la Communication (TIC). Son objectif est de renforcer les systèmes de santé et d'améliorer l’état de santé des communautés défavorisées et médicalement mal desservies.

 AKDN eHRC soutient les prestations de soins et les projets de recherche de ses clients en Asie et en Afrique et promeut des initiatives de renforcement des capacités pour les professionnels de santé. Grâce à son Laboratoire d'Innovation, le Centre propose, développe et teste des solutions innovantes à fort impact et à faible coût. Conscient de la croissance exponentielle des technologies mobiles, AKDN eHRC se concentre également sur le développement d'applications mobiles pour lutter contre les problèmes de santé répandus dans les pays à revenus faibles et intermédiaires (LMIC). Le Centre développe et met en œuvre des applications de santé mobile pour sensibiliser les populations cibles, rationaliser les processus et habiliter les gouvernements à surveiller leur système de santé. Le Centre a également développé sa première formation en ligne de certificat dans la e-santé, conçu pour renforcer la capacité de e-santé des étudiants et des professionnels du secteur de la santé et les aider à mettre en œuvre des programmes efficaces de e-santé dans les LMIC.

Fondée en 2009, eHealth Africa (eHA) s’est donné pour mission de construire des systèmes de santé plus robustes par la conception et à la mise en œuvre de solutions axées sur les données qui répondent aux besoins locaux et fournissent aux communautés mal desservies des outils pour une vie en meilleure santé. Basé en Afrique, eHA poursuit ses objectifs en établissant de nouvelles normes pour les prestations de santé et la réponse aux urgences grâce à ses opérations et en utilisant les technologies de l’information et de la communication.
eHA a des bureaux au Nigéria, en Sierra Leone, au Libéria et en Allemagne. Ses actions concernent l'Afrique de l'Ouest : des projets sont en cours dans de nombreux pays de la région, dont le Tchad, le Cameroun, la RDC, le Niger etc. eHealth Africa compte plus de 700 employés. Tirant parti d'une approche intégrée, eHA se concentre sur les 5 domaines suivants :
• Systèmes de soins de santé
• Systèmes de gestion des urgences en santé publique
• Systèmes de surveillance des maladies
• Laboratoire et systèmes de diagnostic
• Systèmes de nutrition et de sécurité alimentaire