Fondation Pierre Fabre

CerviScan, un microscope numérique innovant, une plateforme de télémédecine et une plateforme de stockage cloud

Principal pays bénéficiaire :
Cameroun

À propos du porteur

GIC Med

GIC Med est une entreprise sociale créatrice d’innovations en télémédecine et santé en ligne, rentables et simples, ce qui permet aux communautés plus pauvres, reculées et rurales, qui en ont le plus besoin, de bénéficier de soins de santé abordables et accessibles.

Secteur : Industriel : Start-ups, Entreprises, ...

Pays d'origine : Cameroun

L'organisme compte :

6
Equivalents temps plein
6
Salariés
10
Bénévoles
0
Prestataire

L'initiative en bref

Thématiques de santé ciblées

  • Cancer

Stade d'avancement :

  • Projet pilote

Zone où l'initiative est utilisée

  • Nationale (dans un seul pays)

Début de l'initiative

  • 02/09/2016

Financement

Source(s) de financement

  • Public (Subvention, Appel à projets/Appel d'offre,...)

Modèle(s) économique(s)

  • Revenus générés par les bénéficiaires
  • Revenus générés par les professionnels/ structures de santé

A propos de l'initiative

Le projet cible les cancers du sein et du col de l’utérus, qui sont les premières causes de mortalité liée au cancer en Afrique subsaharienne, où ils représentaient, en 2012,  45,4% des nouveaux cas de cancer parmi les femmes au Cameroun.  Ces cancers ont grandement contribué au fléau national du cancer depuis 40 ans. Selon le Centre international de Recherche sur le Cancer, le cancer du sein a la plus grande incidence sur les femmes au Cameroun, avec un ratio selon l’âge de 2 625 nouveaux cas pour 100 000 femmes par an, c’est-à-dire donc 31,5% de tous les cancers touchant les femmes. Le cancer du col de l’utérus est le deuxième le plus courant parmi les femmes au Cameroun, avec un ratio selon l’âge de 1 993 nouveaux cas pour 100 000 femmes par an, ou 23,9% de tous les nouveaux cas de cancer chez la femme. Près de 95% des patients atteints de cancer au Cameroun sont diagnostiqués à une phase avancée ou terminale de la maladie, lorsque les options de traitement sont rares et le pronostic peu optimiste. Les techniques de dépistage, telles que la mammographie, sont centralisées, ce qui les rend presque inaccessibles pour la population des zones rurales, périurbaines et pour certains habitants de centres urbains; leur coût représente un obstacle majeur pour la population des zones rurales, en particulier les diagnostics pathologiques qui constituent un poids supplémentaire dans ce contexte à cause du manque de pathologistes et de laboratoires de pathologie, avec 5 laboratoires sur le territoire national.

Ce projet permet l’enregistrement électronique et le stockage sécurisés des informations du patient et de son historique médical. 1 - La plateforme de télémédecine permet aux prestataires de santé des zones rurales de partager les informations du patient et les images, d’interagir et de discuter avec des spécialistes de centres urbains, ce qui s’avère utile dans le perfectionnement des connaissances et des compétences du personnel des zones rurales. 2- Cela permet le diagnostic en temps réel et à distance, pour le cancer du sein et du col de l’utérus, des patients de zones reculées par des spécialistes de centres urbains. Ces spécialistes, qui ne sont actuellement disponibles que dans les centres urbains, loin de la population des zones rurales. 3 - Cela garantit également un canal sûr pour adresser des patients et les suivre en temps réel, au travers de la technologie mobile, ce qui améliore dès lors le système d’aiguillage et de suivi des patients. 4 - Cela permet une collecte de données fiables pour une évaluation future des services de santé publique, et la planification et la rédaction de politiques. 5 - La plateforme est précieuse pour partager des données et obtenir un deuxième avis dans les cas difficiles, en particulier dans les diagnostics pathologiques. 6 - Un rôle à objectif éducatif : les fichiers numériques pourraient être consultés pour former des infirmiers, étudiants en médecine, médecins et résidents. 7 - Cette innovation réduit le temps de réception et d’analyse des échantillons par les pathologistes. Le temps et le coût encourus lorsque les échantillons doivent être recueillis, conservés et transférés dans d’autres villes pour analyse pathologique sont réduits.

Le projet comprend les outils suivants ; l’application mobile pour smartphone CerviScan, un microscope numérique innovant, une plateforme de télémédecine et une plateforme de stockage cloud. Il permet à des spécialistes dans des centres urbains de diagnostiquer à distance les cancers du sein et du col de l’utérus de patients situés dans des zones rurales et isolées. L’application smartphone et la plateforme de télémédecine permettent la saisie d’images et de courtes vidéos et leur transmission à un spécialiste pour un diagnostic à distance instantané. Le microscope numérique, qui peut être connecté à un smartphone, permet de scanner et d’envoyer instantanément à des pathologistes qui les analyseront et poseront un diagnostic des lames pathologiques de grosseurs du sein qui ont été préparées. Il est très portable et ne requiert pas de source directe d’électricité pour fonctionner, il est donc très adapté aux zones rurales. Le système de stockage cloud permet un stockage sécurisé des données, accessibles de partout. Procédure de dépistage du cancer du col de l’utérus : Par le biais d’un smartphone, les données de la patiente sont collectées via l’application CerviScan et la plateforme de télémédecine, par un infirmier formé, en zone rurale. Ensuite, des photos et courtes vidéos du col de l’utérus de la patiente sont prises dans l’application, après avoir appliqué deux réactifs (acide acétique et soluté de Lugol). Ces données sont ensuite chargées sur la plateforme cloud GIC Med, où elles sont consultées en temps réel par un médecin spécialiste qui revoit les données et confirme le diagnostic de toute lésion cancéreuse ou pré-cancéreuse. Procédure de dépistage du cancer du sein : Après avoir été formé, un infirmier ou sage-femme débute la procédure de dépistage en effectuant avant tout un examen clinique des seins de la patiente qui vient pour un dépistage. Si une lésion est détectée, une aspiration à l’aide d’une seringue est pratiquée sur la lésion, et l’échantillon prélevé est utilisé pour la préparation de la lame pathologique, selon des techniques simples et adaptées aux zones rurales. La lame est ensuite placée sous un microscope numérique, et des photos et vidéos courtes de l’échantillon sont prises à travers le microscope numérique et envoyées au pathologiste via la plateforme de télémédecine. Le pathologiste analyse toutes les données et les images en temps réel, et envoie ensuite les résultats par le même canal sécurisé de télémédecine, confirmant tout diagnostic de lésions cancéreuses. Géolocalisation et traitement des cas positifs : Les cas positifs de cancer dans une région donnée peuvent ensuite être géolocalisés par la plateforme GIC Med et groupés pour le traitement par une unité de traitement mobile, ou redirigés vers le centre de traitement le plus proche par l’intermédiaire de la plateforme GIC Med.

Enquête terrain de l'initiative

Champs d'application

Formation des professionnels de santé - Télémédecine (diagnostic et consultations à distance) - Suivi des patients et des données médicales

Public ciblé

  • Professionnels et structures de santé (hôpitaux, centres et postes de santé, réseaux de santé, ...)
  • Ensemble de la population

Objectifs de l'initiative

  • Diminution de la mortalité
  • Diminution de la morbidité
  • Diminution de la souffrance
  • Amélioration de la prise en charge

Chiffres clés

2630 Nombre de bénéficiaires depuis le début

200 Nombre d'utilisateurs par Mois

Matériels utilisés

  • Smartphone
  • Tablette
  • Ordinateur

Technologies utilisées

  • Télécommunication mobile (sans connexion des données)
  • Internet
  • Géolocalisation
  • Application mobile (Android, iOS, Windows Phone, HTML5, ...)

Utilisation offline

Oui

Open Source

Non

Open Data

Non

Evaluation indépendante

Non

Partenaires

Opérateurs

startupBrics